> Espace Professionnel



Disponible prochainement
Accueil
Rechercher >>
Inscription newsletter >>
Actualités
Nos liens
« Parlez-nous de votre douleur »
Nos rubriques
Présentation
L'association
Notre fonctionnement
Textes réglementaires
Statistiques
Nos actions de communication
Protocoles
Presse / Publications
Nos partenaires
Caisse d'assurance maladie MSA B Braun ARS

Présentation > Généralités

L’artérite est une maladie fréquente dans les pays industrialisés.

La prévalence atteint 5 à 10% d’une population adulte si on prend en compte les malades asymptomatiques (disparition d’un pouls distal  ou index de pression systolique inférieur à 0,9). Cette prévalence  est  >  10% dans le groupe de patients dont l’âge dépasse 70 ans (soient 1 000 000). La prévalence des patients qui présente une claudication intermittente est de 5 à 6% pour une population dont l’âge dépasse 60 ans. En Europe et en Amérique du nord, on estime qu’il y a 1 000 nouveaux cas / million d'habitant chaque année d’ischémie critique du membre inférieur, c’est à dire d’ischémie qui menace la viabilité du membre (risque d'amputation) du fait d’une artériopathie oblitérante des membres inférieurs.

 

La Charente a un bassin de population de 366 787 habitants. Cette population présente des pathologies liées au vieillissement, dont l’artérite. Ceci représente environ 3 500 malades dans notre département.

Les pathologies liées à l’artérite provoquent des lésions douloureuses des membres qui ne sont pas contrôlables par les thérapeutiques analgésiques classiques (morphiniques compris). Ceci aboutit à des hospitalisations itératives de longue durée, à une perte d’autonomie, à une dégradation de la qualité de vie et de l’état psychologique du malade. Il existe une relation scientifiquement prouvée entre la gravité de l'artérite et certaines pathologies. Le tabagisme actif et passif, et le diabète, sont très souvent associés. Ces patients souvent âgés, et parfois en fin de vie, peuvent également bénéficier d’une prise en charge dans un réseau de gérontologie ou de soins palliatifs, car ils présentent certaines caractéristiques médicales connues.

En résumé, la prise en charge de la douleur est un enjeu majeur de santé publique. La douleur chronique générée par l’artérite peut être à l’origine de nombreuses hospitalisations qui sont prolongées (en moyenne 19 jours). Ces hospitalisations génèrent des dépenses de santé considérables qui pourraient diminuer par une prise en charge adaptée à domicile.

Les complications du pied constituent une des plus sévères complications du diabète, à la fois sur le plan humain et financier.

La neuropathie diabétique provoque une perte de sensibilité prédisposant aux plaies du pied, aggravées par l’artériopathie diabétique. (1)

En 1989, un des principaux objectifs du consensus international émis lors de la déclaration de St Vincent (2) était de réduire de moitié les amputations de membres inférieurs chez les diabétiques en 5 ans. Aucune étude n’est pour l’instant disponible sur le sujet 15 ans plus tard.

En 2005, le programme national d’action diabète a axé ses objectifs sur l’amélioration de la prévention des lésions du pied dans la population diabétique. (3)

(1) BEH N° 10 / 2006.
(2) Diabetes care and research in Europe : the Saint Vincent declaration - Diabetic Med 1990 – 7 : 360
(3) www.sante.gouv.fr : sur internet