> Espace Professionnel



Disponible prochainement
Accueil
Rechercher >>
Inscription newsletter >>
Actualités
Nos liens
« Parlez-nous de votre douleur »
Nos rubriques
Présentation
L'association
Notre fonctionnement
Textes réglementaires
Statistiques
Nos actions de communication
Protocoles
Presse / Publications
Nos partenaires
Caisse d'assurance maladie MSA B Braun ARS

L'association > Financement

Le financement de SOS DOULEUR DOMICILE est essentiellement public.
Sur les 300.000 euros de budget annuel, 10% représentent des dons privés, 5% sont le fruit des différentes formations dispensées par le réseau pour les infirmières de structure, et 85% sont alloués par l'URCAM et l'ARH, dans le cadre de la Dotation Régionale de Développement des Réseaux.
Ce financement est prévu pour 3 années et est conditionné à l'atteinte des objectifs opérationnels du réseau.
Ce financement est en principe pérenne jusqu'à fin 2008.
La poursuite du financement par le biais de cette dotation sera liée au résultat de l'audit externe, que tout réseau de santé doit organiser à la troisième année de fontionnement.
Le cahier des charges de cet audit est très précis, et doit comporter une évaluation administrative, médicale et financière (Voir Évaluation des réseaux de santé : orientations nationales).

Depuis le premier juillet 2007, les règles du jeu ont changé.
Le FAQSV et la DRDR disparaissent au profit du FICQS (Fond d'Intervention pour la Coordination et la Qualité des Soins).
Il s'agit là d'une dotation nationale, dont la répartition est décidée par un bureau national.
Nous n'avons aucune visibilité actuellement, ni sur le montant de cette nouvelle enveloppe, ni sur les nouveaux cahiers des charges qui risquent de découler de cette nouvelle organisation.
Cf. Évolution des fonds DNDR et FAQSV : Création d’un Fonds d’intervention pour la qualité et la coordination des soins (FIQCS).

Un des objectifs prioritaires du réseau est la reconnaissance dans la nomenclature générale des actes infirmiers de la prise en charge des actes liés à l'utilisation des cathéters périnerveux. Ceci permettrait de diminuer sensiblement notre budget.
Le second objectif est la recherche d'autres sources de financement privées qui permettront au réseau de se développer régionalement, voire nationalement, conformément aux souhaits des tutelles (Cf. Intervention du Président de l'URCAM, Monsieur Gérard HINNERANG dans le film réalisé par le Docteur Daniel ANNEQUIN).