> Espace Professionnel



Disponible prochainement
Accueil
Rechercher >>
Inscription newsletter >>
Actualités
Nos liens
« Parlez-nous de votre douleur »
Nos rubriques
Présentation
L'association
Notre fonctionnement
Textes réglementaires
Statistiques
Nos actions de communication
Protocoles
Presse / Publications
Nos partenaires
Caisse d'assurance maladie MSA B Braun ARS

Présentation > Quelques chiffres

D’après les données du PMSI 2003, concernant l’ensemble des établissements publics et privés, on peut retenir :

17 551 actes d’amputation de membres inférieurs correspondant à 15 353 personnes. Un diagnostic de diabète a été retrouvé chez 52% de ces malades.

Parmi ces personnes diabétiques amputées :

20% avaient moins de 60 ans
24% avaient entre 60 et 69 ans
56% avaient 70 ans ou plus.

Décès : 711
Amputation = catastrophe humaine et économique
Consensus de 1989 : réduction de 50% des amputations du diabétique car inévitables

L’incidence des amputations est 14 fois supérieure chez les diabétiques que chez les non diabétiques

Elle est multipliée par deux chez les hommes, quelque soit l’âge ou l’existence ou non d’un diabète.

Causes potentielles des amputations

 

 

Plus le niveau d’amputation est haut, plus le risque de décès est important.


Pourcentage de décès au cours d'un séjour avec amputation

L’étude Entred (www.invs.sante.fr/entred) a montré que 19% des personnes en France avaient renoncé à des soins à cause de leur coût.

Un programme national d’amélioration de la prévention des lésions du pied dans la population diabétique est actuellement en cours d’évaluation.

Dans cette même étude, en 2001, à partir d’auto-questionnaires, 33 000 personnes diabétiques seraient amputées et 120 000 personnes auraient un mal perforant plantaire actif ou cicatrisé.

Dans le numéro 473 d’Etudes et Résultats de Mars 2006, consacré aux lésions du pied chez le patient diabétique, on retrouve une augmentation constante du nombre d’hospitalisations entre 1997 et 2003 (taux de croissance annuel : 8.8%).

Concernant les séjours non chirurgicaux, ce taux de croissance annuel est de 17.5%, passant de 5 900 jours en 1997 à plus de 15 600 jours en 2003.

Plus de quatre séjours chirurgicaux sur 10 donnent lieu à une amputation d’un membre inférieur.

Le nombre de séjours pour amputation a augmenté de 3.6% par an, en moyenne, entre 1997 et 2003.