RÉSEAU DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR PAR CATHÉTER PÉRINERVEUX
contacter SOS DOULEUR DOMICILE  
  Presentation de SOS DOULEUR DOMICILEL'association SOS DOULEUR DOMICILELe fonctionnement de SOS DOULEUR DOMICILELe financement de SOS DOULEUR DOMICILEToute l'actualité de SOS DOULEUR DOMICILE et des cathéters périnerveuxSOS DOULEURS DOMICILES : Les URL indispensablesLes reseaux de sante  
Generalites sur le catheter perinerveuxL'interet du catheter perinerveuxL'utilisation des catheters perinerveux a domicileLe gain economique des catheters perinerveuxLa reglementation sur l'utilisation des catheters perinerveux a domicileLa formation : une priorite de SOS DOULEUR DOMICILEOULEUR DOMICILELa revue de presse de SOS DOULEUR DOMICILEBibliographie sur les cathéters périnerveux et sur la douleur
Espace ProCréez votre compte
   L'INTÉRÊT DU CATHÉTER PÉRINERVEUX      

L'intérêt du cathéter périnerveux dans la douleur postopératoire a fait l'objet, ces dix dernières années, de nombreuses publications.

On observe une amélioration de la réhabilitation postopératoire dans la chirurgie fonctionnelle de la hanche et du genou.

Il aurait un effet préventif sur l'apparition du Syndrome Douloureux Régional Complexe (SDRC) ou algodystrophie.

L'intérêt du cathéter périnerveux pour la douleur chronique rebelle réside à la fois dans des durées d'hospitalisation plus courtes, puisque les soins sont possibles à domicile, ainsi que dans une amélioration de la cicatrisation de certaines plaies, notamment chez l'artéritique.

Cette amélioration clinique est liée à la fois à des soins infirmiers rendus possibles par l'absence de douleur, mais également par la vasodilatation induite par le bloc sympathique généré par le bloc nerveux. Cette vasodilatation permet une amélioration de la micro-circulation qui semble être un des mécanismes favorisant cette cicatrisation. Cette vasodilatation peut s'observer en mesurant la pression en oxygène distalle au niveau du membre lésé (TCPO2).

Chez certains patients munis de cathéter en ischémie critique, on trouve fréquemment une TCPO2 < à 10mm de Hg (normale à 60 mm de Hg) ; après la pose du cathéter périnerveux, on observe une remontée des valeurs à 30 puis à 40 mm de Hg dans les jours qui suivent. Cette augmentation persiste durant la perfusion d'anesthésique local, voire au-delà.

Concernant les pathologies telles que le SDRC (algodystrophie), un cathéter périnerveux laissé en place 21 jours remplace avantageusement les blocs au Fonzylane ou les injections répétées de Calcitonine. Il permet de réduire la durée de la pathologie et de diminuer les séquelles fonctionnelles, en permettant une kinésithérapie sans douleur.

Après chirurgie thoracique, le maintien d'un cathéter périnerveux intercostal ou paravertébral participe à la prévention des douleurs post-thoracotomie.

Enfin, dans les métastases osseuses ou tissulaires des membres, la mise en place d'un cathéter périnerveux permet la diminution de la consommation de morphine de 40 à 80%.

Que l'indication soit la douleur aiguë postopératoire ou la douleur chronique rebelle, la sortie du patient est plus rapide, permettant de réaliser des économies de santé qu'il est difficile d'évaluer exactement pour le moment. Participent à ces économies de santé :
- la diminution des durées d'hospitalisations grâce à la chirurgie ambulatoire
- des durées moyennes de séjour sont en baisse de 40 à 80%, concernant la douleur chronique rebelle de l'artérite

Chez ces patients artéritiques, on observe une resocialisation, dont le bénéfice psychologique ne peut être que favorable à la cicatrisation et, d'une manière certaine, à une diminution des ré-hospitalisations.

 

 
MSA de la Charente