RÉSEAU DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR PAR CATHÉTER PÉRINERVEUX
contacter SOS DOULEUR DOMICILE  
  Presentation de SOS DOULEUR DOMICILEL'association SOS DOULEUR DOMICILELe fonctionnement de SOS DOULEUR DOMICILELe financement de SOS DOULEUR DOMICILEToute l'actualité de SOS DOULEUR DOMICILE et des cathéters périnerveuxSOS DOULEURS DOMICILES : Les URL indispensablesLes reseaux de sante  
Generalites sur le catheter perinerveuxL'interet du catheter perinerveuxL'utilisation des catheters perinerveux a domicileLe gain economique des catheters perinerveuxLa reglementation sur l'utilisation des catheters perinerveux a domicileLa formation : une priorite de SOS DOULEUR DOMICILEOULEUR DOMICILELa revue de presse de SOS DOULEUR DOMICILEBibliographie sur les cathéters périnerveux et sur la douleur
Espace ProCréez votre compte
   LE CATHÉTER PÉRINERVEUX     


Un cathéter périnerveux est un petit tuyau placé à proximité d'un tronc ou d'un plexus nerveux. Il est mis en place par un médecin anesthésiste au bloc opératoire, dans des conditions d'asepsie chirurgicale.

Le repérage du nerf se fait en fonction du site que l'on souhaite analgésier.
Il fait appel à des connaissances anatomiques (trajet des nerfs) et à la neurostimulation.
Cette stimulation s'effectue à l'aide d'un petit générateur de courant. Lorsque l'aiguille s'approche du nerf que l'on souhaite analgésier, le courant déclenche des mouvements concernant la zone intéressée.
L'intensité de la stimulation est alors diminuée progressivement.

Conformément au décret de compétance infirmier, la première injection test de produit analgésique est réalisée par le médecin anesthésiste.

Le cathéter périnerveux est introduit par l'aiguille de stimulation. Il peut être fixé à la peau par un fil lorsqu'il s'agit de cathéters de longue durée.

Le repérage peut également faire appel à l'échographie, qui, couplée à la neuro-stimulation, augmente la précision de la ponction et limite le risque de lésion neurologique.

Principalement utilisé pour l'analgésie postopératoire depuis les années 80, il est depuis peu indiqué pour l'analgésie à domicile.

L'apparition de la T2A (tarification à la pathologie) a incité les établissements à faire sortir les malades plus rapidement.
Le principal obstacle à la chirurgie ambulatoire a longtemps été la douleur.
L'utilisation des cathéters dans des chirurgies réputées douloureuses a permis de contourner cet écueil. La chirurgie de l'Hallux Valgus ou la chirurgie de l'épaule, réputée très douloureuse, se font désormais régulièrement en ambulatoire.

Les premières publications rapportant des cathéters périnerveux à domicile sont apparues dès 1999. Il faudra attendre 2003, pour qu'apparaisse clairement l'organisation nécessaire à la prise en charge de ces patients à domicile en France, au travers de l'article publié par Philippe MACAIRE & collaborateurs, lors de la réunion annuelle de la Société Française d'Anesthésie et Réanimation (SFAR) de 2003.

La douleur chronique rebelle pose des réels problèmes aux médecins en charge de ces patients.

Les durées d'hospitalisation longues vont à l'encontre de la volonté politique et économique actuelle.
Il n'y avait donc qu'un pas à franchir pour appliquer les techniques validées pour la douleur aiguë à la douleur chronique.

Parmi les indications principales, on peut noter la prise en charge de l'artérite stades III et IV, l'algodystrophie (Syndrome Douloureux Régional Complexe ou SDRC), certaines douleurs métastasiques des membres et certaines douleurs thoraciques.
Ces cathéters sont alors destinés à rester en place plusieurs semaines et nécessitent une organisation en réseau de Santé :
- formation des infirmières libérales
- formation des médecins généralistes
- logistique à domicile (matériel et produits nécessaires aux soins)
- protocoles de soins
- dossier de suivi du patient
- coordination centralisée
- suivi du patient
- rémunération des professionnels de santé

Le premier article traitant de la prise en charge de la douleur chronique rebelle paraîtra courant juin dans la revue Douleur.


 
MSA de la Charente